03.04.2014

Une femme soumise et un homme sur un piédestal

Depuis que j’ai commencé, il y a quelques années, les consultations astrologiques, j’ai souvent reçu des femmes à mes séances. J'ai rencontré celles qui avaient de belles estimes d’elles-mêmes, qui venaient pour mieux se connaître et pour s’apprécier davantage grâce à l’astrologie. Il y avait celles qui arrivaient avec des questionnements sur des points sensibles de leurs existences, comme les déménagements, les changements professionnels ou personnels, l’éducation des enfants. Mais il y a eu aussi et surtout beaucoup de femmes qui sont venues pour des problématiques extérieures à leurs propres besoins.

 

Ces femmes sont d’apparence réservées, très polies, elles ont peur d’arriver en retard, ou mal faire quelque chose, ne pas comprendre tout de suite. Elles ne montrent pas leurs vraies émotions, qui semblent sortir bout par bout au fur et à mesure de la consultation. Mais le puits est profond. Si profond, qu’elles oublient finalement de parler d’elles-mêmes pendant toute la durée de la séance.  Leurs questionnements principaux portent sur la santé des membres de leurs familles, sur le travail ou la reconnaissance de leurs maris, sur la réussite scolaire des enfants. En apparence très soucieuses de leurs familles, ses femmes montrent, sans le vouloir vraiment, l’absence d’importance qu’elles se portent à elles-mêmes.

 

L’oubli de soi tient ses racines de la place que les hommes attribuaient à la femme avant les années d’émancipations féminines. Cette revendication a réellement commencé dans les années 1880, avec les premiers lycées pour filles.  En 1914, les femmes françaises militent pour leur droit de vote et l’égalité politique. Enfin, 30 ans plus tard, en 1944, les femmes françaises reçoivent le droit de voter. Puis, en 1965, la femme est enfin protégée au sein du couple, elle devient égale à l’homme et peut gérer ses biens financiers comme bon lui semble. Deux années plus tard, en 1967, la femme réussi à avoir le droit de se protéger en cas de rapports sexuels par divers moyens contraceptifs de l'époque. L’égalité des salaires intervient en 1972, même si aujourd’hui encore les pratiques sexistes sont parfois de mise. La « Journée internationale de la femme » voit le jour partout dans le monde dans les années 1977. L’année 1975 est symbolisée par la fin de lutte qu’a menée Simone Veil pour légaliser l’avortement. En 1980, il devient impossible de licencier une femme enceinte, ce qui semble humain pour nous aujourd’hui. La place de la femme est assurée en milieu politique dans les années 2000, la parité est installée entre les hommes et les femmes.

Il est donc tout nouveau pour une femme de se sentir valorisée, utile, disposer de son temps et de son corps pour elle et pour ses envies, être appréciée dans le milieu professionnel. Surtout que certaines familles ne favorisent toujours pas cette émancipation revendiquée. La relation que les parents entretiennent avec la petite fille, la future femme, est fondamentale à son estime d’elle-même. Ce n’est pas un hasard que le Soleil, symbolisant l’estime de soi, est aussi une image du père intérieur, et surtout, extérieur, celui qui est là pour donner confiance à son enfant.

 

Cette image qui se veut valorisante est une pierre porteuse de stabilité affective pour un avenir heureux.  

 

Ces petites phrases comme « Tu auras besoin d’un homme pour t’en sortir », « Tu n’es pas assez forte pour… », « Le monde appartient aux plus forts, aux plus riches, aux plus intelligents », sont inoffensives qu’en apparence, car elles laissent des traces d’appartenance obligatoire du plus faible au plus fort. La femme est alors réduite à suivre les envies du « plus fort » et du « plus intelligent », les exigences deviennent nombreuses, et les simples gestes ne sont plus que des obligations.

 

Avec le temps, la femme au foyer oublie qu’elle aussi a une âme qui a besoin d’accomplissements, elle l’oublie au profit d’une autre âme, étrangère, mais qui devient indispensable à ses yeux.

Suite à cet oubli, le comportement de survalorisation s’installe. La femme divinise alors tous les actes de son homme, elle le trouve le plus intelligent, le plus débrouillard, ses paroles deviennent des lois. Elle trouve magnifique la vie avec un homme aussi affirmé, participer à son ascension et l’aider dans ses malheurs. Elle prend alors sur elle les échecs éventuels de son homme, comme si elle a elle – même participé de fait aux prises de décisions. La culpabilité peut s’installer de ce fait, faisant apparaître, dans l’esprit féminin, l’idée de son inutilité et inefficacité, qui est totalement sans fondements en réalité, car c’est toujours à l’homme qu’appartient le dernier mot dans une telle relation. L’homme entretien, à son profit, ce mythe selon lequel sa femme, sans lui, ne s’en sortira jamais.

 

La femme passe son temps alors à identifier son propre Soleil (estime d’elle et ses propres vouloirs et désirs profonds) à son homme. Il est évident qu’elle n’a rien à voir avec les problèmes de son homme, mais l’expérience de son propre utilité lui manquera.

 

Ses femmes diront que de toute façon « elles ne serrent à rien », qu’elles « ne sauront pas comment faire, ni comment s’en sortir seules ». Au bout, elles ne savent plus ce qu’elles avaient envie étant petites, quels étaient leurs rêves, leurs espoirs.

 

Il revient donc à l’astrologue de montrer à quel point la femme est remplie, au même titre que l’homme, de qualités, de talents, de pouvoir, d’utilité et de créativité à elle seule, sans tutelle. Car l’âme féminine dans cette incarnation n’a pas forcément été féminine dans les incarnations précédentes. L’épanouissement de l’âme peut donc commencer.

 

En astrologie, des indices d’idéalisation et de sacrifice peuvent être trouvés, en voici un petit aperçu.

La femme et le chat
La femme et le chat

Planètes

 

La Lune, le luminaire nocturne, et Vénus, la planète personnelle d’affection, sont toutes les deux des planètes féminines, et donc vulnérables face aux autres. En aspect à des planètes masculines elles ont tendance à être dominés. Si en plus, elles sont maîtresses de l’ascendant (Lune maîtresse du Cancer et Vénus du Taureau et de la Balance), avec des aspects difficiles d’autres planètes, elles peuvent devenir anormalement sacrificielles.

 

Mars, représentant un idéal physique et sexuel,

Saturne, représentant la loi et la structure,

Neptune, représentant l’idéalisation et le flou sentimental, mais aussi le sacrifice,

Pluton, représentant la dominance, peuvent rendre ses deux planètes très dépendantes.

Uranus, pourtant planète libertaire, peut participer au tableau, mais elle a besoin de soutient de l’une des planètes plus haut, sinon, c’est finalement la liberté qui peut l’emporter.

 

Le Soleil, le luminaire du jour, peut participer à rendre la femme dépendante de l’homme (puissance ultime du Soleil en maison I avec de bons aspects – mon homme est le plus merveilleux, par exemple, mais aussi, au contraire, un Soleil peu fort en signes féminins, réveillant le sacrifice – je dois l’aider à s’en sortir, je dois lui porter soutien). N’oublions pas que le Soleil fait partie des planètes de Surmoi, ayant tendance à faire « ce qu’il faut ». Les aspects du Soleil à Pluton peut révéler aussi un homme dominateur.

 

Signes

 

Les signes qui sont concernés sont des signes féminins : Taureau, Cancer, Vierge, Scorpion, Poissons. Le signe de la Balance peut être rajouté, car le couple fait partie de ses priorités. Le signe de Capricorne, pourtant féminin, indique plutôt une femme volontaire professionnellement, mais il peut, dans certains cas, faire partie du tableau.

 

Maisons

 

Les maisons deviennent importantes en comportant des planètes ou des points fictifs. Ils renseigneront où s’exerce la dominance, sur quel niveau elle peut être la plus puissante.

 

Les aspects des planètes masculines aux angles du thème sont très significatifs de l’emprise qu’un homme de la famille (père, mari, frère) peut avoir sur la native. Par exemple, Mars culminant près du MC, faisant une opposition au FC, indique des conflits dans le foyer.

 

La présence de planètes masculines perturbatrices en dessous de l’horizon, (dans les maisons de la I à la VI car ce sont les maisons intimes) peut indiquer un fort Surmoi intérieur, ou un homme en extérieur qui veut gouverner la vie de la femme. Tout dépendra des aspects.

 

La maison I symbolise la tête, le moi le plus pur. De ce fait, toute planète masculine dedans signifiera une présence anormale de l’homme dans l’esprit de la femme. En cas du Soleil en maison I, au début de la vie le père peut prendre une importance suprême, puis le mari prendra sa place. Attention, si le Soleil a que des bons aspects, il y a risque de dépendance, car tout à l’air merveilleux en surface. Avec une présence de Mars/Saturne/Neptune/Pluton, la tête est remplie de peurs et d’interdits, l’analyse des aspects sera significative pour comprendre si c’est la femme qui dirige ou un homme de l’ombre.

 

Les maisons IV et VII sont révélateurs du foyer et du couple. Toute planète masculine dans ces secteurs signifiera des prédispositions à la dépendance à l’autre – père, mari, ou une autre figure d’autorité. Voir absolument les aspects de ces planètes.

 

La maison VII est aussi celle des autres dans un thème. Si les planètes masculines s’y trouvent, la femme peut ressentir qu’elle est dirigée consciemment par quelqu’un. Mais il ne faut pas oublier que c’est la femme qui a cet aspect, et non l’homme, et reprendre à son compte la puissance de ses planètes masculines.  

 

Toute planète dans la maison VIII ou XII indique des dépendances diverses, car c’est la maison des enfermements psychologiques. Ils  dépendront alors de la planète en question.

Points fictifs

 

La Lune Noire peut obscurcir la vue de l’ensemble. En aspect à d’autres planètes du thème, surtout en conjonction, elle peut donner une soumission extrême ou, au contraire, une révolte qui cache la vulnérabilité. Le signe est très important aussi, car il permet de cerner où la femme peut avoir une vision erronée et se surinvestir. Ce facteur est à examiner après tous les autres.

 

Chiron peut aussi apporter sa touche de sacrifice, car, pour se soigner, la personne utilisera les moyens qui sont propres à son thème, et souvent cela passe par une sacralisation de l’autre. A examiner aussi après avoir fait le tour du thème.

 

Aspects dans la carte natale de la femme

 

La dépendance ou le sacrifice s’exprime dans la mise à l’épreuve des planètes féminines dans des signes féminins dans la relation difficile avec des planètes masculines dans des signes masculins.

 

Il faut examiner des aspects négatifs (carrés, oppositions, conjonctions) en premier lieu. Puis dénicher, s’il en a, des planètes masculines avec des aspects positifs (trigones, sextiles), car cela peut aussi signifier une évolution tranquille dans un environnement qui n’est qu’en apparence sain.

 

Lune – Mars/Pluton : dans le cas d’un aspect difficile (conjonction, carré, opposition). Il faut vérifier que la Lune soit moins valorisée que Mars, et que Mars l’emporte : lui en signe masculin, et elle en signe féminin. Exemple : Lune en Poissons et Mars en Sagittaire ou Gémeaux, formant un carré. Ici Mars va dominer les élans de la Lune activement et visiblement. Avec Pluton, cela s’avère difficile à détecter pour la femme-même, car la dominance opère principalement par la manipulation verbale ou physique, ce qui provoque la culpabilité.

Vénus – Mars/Pluton : en aspects de conflits (conjonction, carré, opposition), rend l’amour douloureuse, il y a une constante recherche de « sentiments puissants » ou de « punition » de la part de Mars ou Pluton, donc d’une personne masculine qui détient le pouvoir.

 

Lune – Neptune : en conflits d’aspects, Neptune rend la Lune encore plus émotive, qui cherche alors des émotions puissantes, souvent négatives. Neptune met la Lune dans des situations de dépendance, qui peuvent rappeler la situation de la mère de la native, qui a pu être similaire. C’est une mère sacrificielle dans l’âme féminine. Elle joue souvent sur les deux fronts : s’occupe de ses enfants et de son mari en les maternisant.

 

Vénus – Neptune : ici, c’est l’amour fou qui opère, rendant invisibles les défauts de l’homme en face. Les manipulations de l’homme envers la femme vont concerner les sujets sentimentaux.

 

Lune/Vénus – Saturne : les deux planètes féminines sont sous l’emprise d’une structure, d’une loi primordiale. Il inhibe les sentiments, rend austère. La femme refoule alors ses sentiments et ses envies.

 

Ce n’est pas une liste exhaustive des aspects de dépendances, seulement un exemple de cas.

 

Il est donc primordiale pour une femme sacrificielle de désacraliser l’homme avec lequel elle est ou celui qu’elle admire, de prendre à son compte toutes sortes d’aspects qu’elle a dans son thème, devenir consciente de la projection qu’elle fait de ses propres aspects et positions difficiles sur l’homme en question.  Une fois la prise de conscience effectuée, elle pourra diriger l’énergie qui est véhiculée de ses planètes dans son sens, pour son bien-être.  

 

Aspects créateurs d'énergie : Vénus/Pluton, Lune/Mars, Soleil/Pluton

 

Je reste à votre disposition pour toute question ou consultation : Services.


Vos commentaires !

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Diane (jeudi, 03 avril 2014 16:15)

    Merci Elen pour ce très bel article !

    J'ai l'impression de me reconnaître dans le comportement des femmes que vous décrivez et de ne pas forcément me considérer comme soumise pour autant.

    Mais, en regardant mon thème : j'ai toutes mes planètes en signes féminins (Scorpion, Cancer et Capricorne) + l'AS Balance. J'ai l'aspect Soleil-Pluton et Mars est sous l'horizon en 2. De plus, j'ai la conjonction Vénus-Saturne-Neptune opposée à la Lune.

    Bref, j'ai tous les astres contre moi.Va falloir que je travaille là-dessus !

    En tout cas, merci de m'avoir ouvert les yeux.

    Bien cordialement

  • #2

    Elen Edelweiss (jeudi, 03 avril 2014 16:35)

    Merci Diane, si je me souviens bien, vous avez Soleil/Pluton en Scorpion, donc finalement les deux planètes masculines se trouvent en signe féminin, la dépendance n’est pas forcément de mise, car le Soleil en Scorpion est fait pour des changements si quelque chose le contrarie (surtout avec Pluton son maître).

    En effet, ce sont de planètes féminines en signes féminins qui seront intéressantes d'analyser. Vénus conjointe à Saturne/Neptune en Capricorne opposée à la Lune en Cancer – ici peut se trouver la petite touche de sacrifice. Surtout les aspects Lune/Neptune, Lune/Saturne, Vénus/Neptune, Vénus/Saturne. A travailler donc sur ces multiples oppositions et conjonctions de point de vue créatif (Lune/Neptune et Vénus/Neptune sont de sublimes associations pour cela) !

  • #3

    Diane (vendredi, 04 avril 2014 09:08)

    Merci de m'avoir répondue, chère Elen !

    C'est bien noté : je vais travailler sur ma créativité :)

    Bien cordialement